À emporter dans son sac à dos

Guide utile

Équipement indispensable et facultatif pour faire le chemin

47
À emporter dans son sac à dos
@ Pradero

@ Pradero

Avant de préparer votre sac et de vous lancer sur le Chemin de Saint-Jacques, il vous faut déterminer la période à laquelle vous allez entreprendre votre pèlerinage.  Car, évidemment, les pèlerins n’emporteront pas le même paquetage en hiver et en été. Les marcheurs expérimentés affirment qu’ils sont capables de deviner sans peine le point de départ de chaque pèlerin en fonction de son sac à dos. Ainsi, plus la distance parcourue est courte, plus le sac est lourd. Et inversement. En règle générale, les personnes qui entreprennent leur périple vers les Pyrénées, conscientes qu’elles devront porter leur sac à dos sur plus de 700 kilomètres, voyagent léger. Les pèlerins confirmés qui accumulent chez eux lescompostelas conseillent vivement de ne prendre que le strict nécessaire.

Équipement

-Chaussures de marche: C’est l’un des choix les plus difficiles, car il faut absolument être chaussé convenablement. Les magasins de sport proposent des chaussures de randonnée, qui sont les plus adaptées pour parcourir les centaines de kilomètres du chemin. Pensez à les étrenner deux mois avant votre départ. Ceux qui partent avec des chaussures neuves ou inadaptées peuvent voir leur aventure se transformer en cauchemar. C’est même l’une des principales causes d’abandon.

Pantalon de randonnée : Il ne faut pas partir avec un pantalon neuf. Pratique et commode, il sera porté presque constamment. Un pantalon imperméable peut être utile si un jour la pluie décide de faire son apparition.

-Un short : En été, on peut l’utiliser pour dormir, pour marcher quand il fait chaud et, même, pour barboter dans l’une des nombreuses piscines ou rivières qui jalonnent le Chemin de Saint-Jacques.

Sweat ou pull : De préférence, commode et léger. Il sera très utile les jours les plus froids.

-Deux t-shirts : Celui que l’on porte et un autre de rechange.

-Trois ou quatre pinces à linge pour faire sécher les vêtements : Elles peuvent s’avérer très utiles.

-Trois paires de chaussettes sans coutures.

-Trois sous-vêtements.

-Tongues : Indispensables pour prendre sa douche dans les refuges et pour se détendre après une longue marche.

-Brosse à dents et dentifrice.

-Déodorant.

Sac de couchage : Il doit être adapté à la saison de votre voyage. Aussi, si vous partez en hiver, n’oubliez pas de prendre un sac de couchage offrant une bonne isolation thermique. Si vous faites le Chemin en été, un sac de couchage léger fera l’affaire.

Un matelas en mousse : À prévoir au cas où vous seriez amené à dormir à la belle étoile ; sait-on jamais.

– Une serviette de bain : Les magasins de sport proposent des serviettes légères qui sèchent rapidement.

-Vaseline : Appliquer un peu vaseline sur les pieds avant de commencer la journée vous aidera à éviter l’apparition toujours gênante d’ampoules.

-1 savon, pour laver les vêtements.

-Une taie d’oreiller : Indispensable.

-Crème solaire : Indispensable.

-Papiers : Carte d’identité, carte Vitale et carte bancaire. Il est également conseillé d’avoir toujours sur soi un peu d’argent en espèces. Les marcheurs étrangers ne doivent pas oublier la carte européenne d’assurance maladie.

-Un poncho ou un coupe-vent imperméables : Indispensable pour que ne pas être trempé par une averse soudaine.

-Un téléphone portable avec chargeur : Le téléphone portable est un moyen de communication à double tranchant : certains marcheurs passent leur temps à regarder leur écran au lieu d’admirer les paysages qui les entourent, mais il peut leur être extrêmement utile en cas d’urgence.

-La credencialou carnet du pèlerin : Le document qui atteste votre état de pèlerin. Indispensable pour avoir accès aux refuges. Dans certains établissements, il vous faudra la présenter pour bénéficier des réductions destinées aux pèlerins.

-Un couteau suisse.

-Un sac à dos : Indispensable pour porter tout votre équipement. Il sera choisi en fonction du confort de portage. Il est conseillé de le peser avant le départ : chargé, il ne doit pas dépasser un dixième du poids du pèlerin. Certains modèles comptent différents compartiments et poches.

Facultatif

-Bâton de pèlerin, bâtons de marche ou bourdon : De plus en plus de pèlerins préfèrent marcher avec des bâtons. Ces dernières années, les bâtons de randonnée volent la vedette au traditionnel bourdon.

-Un couvre-chef : Peut s’avérer très utile en été.

-Des boules Quiès : Le repos étant essentiel, pensez à prendre des boules Quiès, car dans les refuges nul ne peut savoir qui sera son voisin de chambrée.

Certains conseillent de prendre également une petite trousse à pharmacie avec des pansements, de la Bétadine, des compresses, du fil, une aiguille, un briquet, du sparadrap et quelques anti-inflammatoires. Si l’un de ces produits venait à vous manquer, vous pourriez en racheter facilement dans l’une des nombreuses pharmacies qui jalonnent le Chemin de Saint-Jacques.

Maillot de bain : À prévoir en été.

-Petite lampe de poche : La lampe frontale est la plus pratique. En la plaçant sur le front grâce à un bandeau élastique, le pèlerin aura les deux mains libres. Un jour ou l’autre, elle vous sera sûrement utile. Il est vivement conseillé de l’utiliser à l’extérieur lorsque l’on entreprend la marche à l’aube.

-Brassard réfléchissant : Tout particulièrement conseillé aux personnes qui ont l’habitude de marcher par faible luminosité, avant l’aube ou après le crépuscule.

-Appareil photo : Les pèlerins aiment amener un appareil photo avec eux, pour immortaliser les multiples moments magiques vécus sur le chemin. Aujourd’hui, la plupart des téléphones portables sont dotés d’un appareil photo. Cela présente le double avantage  d’alléger le poids de votre sac et de n’avoir qu’une seule batterie à charger — une tâche assez compliquée dans certaines étapes—.

En hiver, l’équipement du pèlerin sera assez similaire. Toutefois, il devra prévoir un sac de couchage offrant une meilleure isolation thermique, un pull peut-être un peu plus épais et des chaussures plus solides pour que la boue ne vienne pas freiner sa marche.
Au cours des périodes les plus froides de l’année, pensez à porter des gants, un bonnet, une écharpe ou un chauffe-cou et une veste chaude, légère mais protégeant du froid.

À velo

Les cyclistes doivent prévoir un équipement spécifique pour arriver à Saint-Jacques-de-Compostelle sans encombre.

Casque : La sécurité est le point essentiel et le port du casque est obligatoire. Les magasins spécialisés proposent des modèles très confortables, légers et à bon prix. Il n’y  a donc pas d’excuse.

Sacoches de selle : Pour ceux que ne souhaitent pas en faire l’acquisition, certaines sociétés offrent la possibilité de les louer.

Lunettes de soleil : Elles protègent du soleil, de la pluie et du vent. Indispensables pour les descentes.

Cuissard : Investir dans un cuissard peut éviter bien des soucis aux pèlerins. Le choix est multiple. Toutefois, pour les longues distances, il est préférable de se tourner vers un cuissard avec insert en gel.

Maillot : Portez un maillot adapté aux conditions climatiques de votre pèlerinage. En hiver, n’hésitez pas à porter un maillot thermique sous votre maillot de cyclisme. Les poches au dos sont assez utiles.

Imperméable : Essentiel pour ne pas être trempé les jours de pluie. Un sac en plastique imperméable pour protéger les sacoches fera l’affaire.

Bidon : Indispensable. On peut les remplir dans les différentes fontaines qui jalonnent le Chemin de Saint-Jacques.

Pompe : Il est préférable de vérifier la pression des pneumatiques à la fin de chaque étape.

Rustines : Sur les longues distances, les risques de crevaison sont importants.

Éclairage : Même si la plupart des kilomètres sont parcourus à la lumière du jour, équiper son vélo d’un éclairage (non pas pour voir, mais pour être vu) peut éviter quelques ennuis.

Kit de réparation : Chaque cycliste doit connaître son vélo. Dans la plupart des cas,  deux clés sont suffisantes pour résoudre les problèmes les plus habituels. N’oubliez pas qu’il est essentiel de voyager léger.

Accessoires

Les cyclistes les plus expérimentés conseillent de porter des bottillons en néoprène, cinq ou six tailles au-dessus de celle habituellement chaussée pour couvrir les chaussures et s’assurer que les pieds resteront secs.

Par ailleurs, nombre d’accessoires permettent de mesurer, entre autres, l’altitude, la fréquence cardiaque et la cadence. Les cyclistes peuvent également télécharger sur leur smartphone des applications en fonction de leur besoin.

La Voz de Galicia La Voz de Asturias

© Copyright LA VOZ DE GALICIA S.A. Polígono de Sabón, Arteixo, A CORUÑA (ESPAÑA) Inscrita en el Registro Mercantil de A Coruña en el Tomo 2438 del Archivo, Sección General, a los folios 91 y siguientes, hoja C-2141. CIF: A-15000649

Powered by Hyliacom