Quelle route choisir?

Guide utile

Avantages et difficultés de chaque chemin

57
Quelle route choisir?
@ Paco Rodríguez

@ Paco Rodríguez

Le choix du point de départ et de la route à parcourir dépendra de multiples facteurs. Il variera en fonction du temps disponible, de la période de l’année du pèlerinage, des préférences de chacun… Pour que les futurs pèlerins puissent se faire une idée de ce qui les attend, voici à présent une brève description des différentes routes jacquaires.

Le Chemin Français

C’est, de loin, la route la plus célèbre et la plus fréquentée. C’est également la voie la plus ancrée dans la tradition. Le Chemin Français (Camino francés) présente plusieurs atouts : outre sa richesse paysagère, artistique et historique, c’est le chemin le mieux équipé en refuges et le mieux balisé (même si parfois quelque hôtelier rusé peut jouer de mauvais tours aux pèlerins). Mais, elle est aussi victime de son succès : en été, les équipements peuvent vite être surchargés et les pèlerins rencontrent parfois des difficultés pour se loger dans les refuges. Pour être les premiers arrivés et être ainsi sûrs d’avoir une place, certains n’hésitent pas à se lever à l’aube et à marcher au pas de course.

Le Chemin Portugais

C’est le deuxième chemin le plus fréquenté. Il entre en Galice par Tui. Pour atteindre Saint-Jacques-de-Compostelle, les pèlerins traversent la zone la plus peuplée de Galice et des villes telles que Pontevedra, des bourgs historiques comme Padrón ou Caldas et de petits hameaux. Les pèlerins se disent souvent déçus par ce parcours, car il est très goudronné. Mais, rares sont les véhicules qui circulent sur ces routes. Cet itinéraire est bien balisé et compte un nombre de refuges suffisant pour répondre à la demande.

 Le Chemin Fisterra – Muxía

C’est le seul chemin qui ne s’achève pas dans la capitale galicienne. La majeure partie des pèlerins l’emprunte pour faire durer leur périple. Il est très ancré dans la tradition, car dès le XIIe siècle, le Codex Calixtinus lie ces deux villes côtières au culte jacquaire.

La coutume veut que les pèlerins qui arrivent «à la fin du monde» y brûlent les vêtements qu’ils ont portés durant leur marche ou qu’ils se débarrassent de leurs vieilles chaussures, à la tombée du jour, quand le soleil se couche dans les eaux de l’océan Atlantique. Un moment émouvant qui restera à jamais gravé dans la mémoire des jacquets. Cette route est de plus en plus fréquentée, surtout en été.

 Chemin du Sud-Est – Voie de l’Argent

Ce chemin suit une ancienne voie romaine qui reliait Astorga et Mérida. Plus tard, après divers élargissements, les peuples arabes empruntent également cette route pour conquérir la Péninsule. Cet itinéraire entre en Galice par Portelas do Padornelo et A Canda. C’est l’une des routes les plus tranquilles, même si le premier tronçon galicien est assez exigeant. Dans certaines zones, les structures d’accueil viennent parfois à manquer. Attention aux fortes chaleurs en été. Pour les pèlerins cyclistes, c’est la seule route permettant d’obtenir lacompostela en partant de Galice : s’ils commencent leur périple à A Gudiña, ils parcourront les 200 kilomètres qui les séparent de Saint-Jacques-de-Compostelle et pourront ainsi obtenir leur attestation de pèlerin.

Le Chemin Anglais

Il commence soit à Ferrol soit à La Corogne. Ces deux villes accueillaient autrefois les pèlerins britanniques et du Nord de l’Europe qui se rendaient à Saint-Jacques-de-Compostelle pour embrasser l’Apôtre. Les températures, même en été, sont habituellement clémentes avec les pèlerins. Ce n’est pas la route la plus fréquentée ni la mieux lotie en terme de refuges : les habitants de certains des hameaux qui la jalonnent font peu de cas du chemin de Saint-Jacques. Les cyclistes pèlerins qui emprunteront cet itinéraire ne pourront pas obtenir la compostela, les kilomètres parcourus étant insuffisants.

Le Chemin du Nord

Le paysage offert par cette route est splendide et ombragé. Et, bien qu’elle ne soit pas la plus fréquentée, elle compte un nombre de refuges plus que suffisant. Le revers de la médaille est le manque de patrimoine : les monuments sont rares et souvent très concentrés dans certaines localités telles que Mondoñedo.

Le Chemin Primitif

La plus ancienne route de l’ensemble des Chemins de Saint-Jacques. C’est également l’une des plus exigeantes, car les pèlerins doivent traverser des zones montagneuses de Galice et des Asturies, très dépeuplées et à peine équipées. En contrepartie, ils pourront admirer des paysages à couper le souffle dépourvus de routes et d’agglomérations, visiter deux villes monumentales telles qu’Oviedo et Lugo et fouler très peu de chemins goudronnés. Cet itinéraire, conseillé uniquement aux pèlerins à pied, est l’une des plus belles routes jacquaires.

La Voz de Galicia La Voz de Asturias

© Copyright LA VOZ DE GALICIA S.A. Polígono de Sabón, Arteixo, A CORUÑA (ESPAÑA) Inscrita en el Registro Mercantil de A Coruña en el Tomo 2438 del Archivo, Sección General, a los folios 91 y siguientes, hoja C-2141. CIF: A-15000649

Powered by Hyliacom